Jesse Hazelip est né en 1977 dans la ville de Cortez au Colorado, au milieu des réserves amérindiennes des Navajo et des Ute. À l’âge de 13 ans, il déménage à Santa Barbara en Californie dans un environnement complètement différent de celui de son enfance. C’est à cet endroit qu’il côtoie le milieu du graffiti et qu’il commence à développer sa technique et son esthétique, largement inspirés de l’imagerie et de l’histoire de son sud-ouest natal. En 2007, il obtient son baccalauréat du Art Center College of Design à Pasadena en Californie. Il habite aujourd’hui à New York. Hazelip utilise l’imagerie animale afin d’explorer les thèmes de l’injustice au sein de notre système juridique et de la corruption dans le complexe industrialo-carcéral.

Le taureau et le boucher met l’accent sur les pratiques de travail systématisées et sur la division de la valeur. Le loup se rapporte à la mentalité de meute engendrée par les sous-cultures du milieu carcéral, lorsque des prisonniers individuels doivent s’aligner à des hiérarchies de groupe ou des gangs pour la sécurité et la survie. Le vautour, qui fait sa proie sur les défavorisés, symbolise le système carcéral en général. Le serpent fait référence à la violence engendrée par le système pénal qui est liée au système carcéral. Les mains de squelettes représentent la mort et la portée de la violence provenant du complexe industrialo-carcéral.